Étude de cas n° 18 : Diversification des rotations de cultures arables biologiques par la production de cultures céréalières mineures en monoculture ou en intercalaire pour la transformation locale en vue de la consommation humaine locale, BE

Groupe 4: Diversification par les cultures intercalaires, avec un accent particulier sur les légumineuses à grains

Les habitudes alimentaires et les attentes des consommateurs évoluent. On observe notamment un intérêt croissant pour les aliments végétariens, l'agriculture biologique et les produits d'origine locale. Deux agriculteurs biologiques et un transformateur biologique de produits alimentaires végétariens explorent de nouvelles possibilités qui répondent à ces tendances. Ils étudient la possibilité de cultiver de nouvelles cultures qui peuvent diversifier les rotations traditionnelles de cultures arables (composées principalement de céréales pour l'alimentation animale) et recevoir une juste rémunération au sein de leur chaîne de valeur. À mesure que d'autres petites initiatives similaires voient le jour, le partage mutuel des expériences doit être facilité.

Quels sont les principaux problèmes qui sous-tendent l'émergence de l'étude de cas ?La tradition de la production locale de cultures céréalières (même de céréales pour la boulangerie) pour la consommation locale est presque perdue en Flandre. Quatre défis ont été initialement identifiés :

  • La (re)découverte du savoir-faire agronomique et l'expérience des cultures céréalières (intercalaires) pour l'alimentation. L'accent est actuellement mis sur le soja, les lentilles et le quinoa.
  • Accès à la transformation intermédiaire primaire et à petite échelle après la récolte (séchage, triage, etc.) afin de rendre les graines récoltées utilisables comme matière première pour la transformation.
  • Pour garantir les normes et l'administration de la sécurité alimentaire (adaptées aux processus industriels)
  • Recevoir une rémunération équitable et répartir les risques tout au long de la chaîne de valeur, sachant qu'en raison des coûts de production élevés et de la petite taille, nous ne pouvons pas être compétitifs par rapport aux prix du marché mondial ou européen.

Entre-temps, deux autres défis ont été ajoutés :

  • Un dialogue mutuel est nécessaire avec d'autres partenaires de la chaîne de valeur (détaillants et même consommateurs).
  • Des initiatives similaires voient le jour et sont confrontées aux mêmes problèmes, mais il est peu probable que nous puissions travailler ensemble, car chacun d'entre eux ne travaille souvent que dans sa région.

Comment le problème est-il abordé et quels sont les acteurs impliqués ?

Conformément à la stratégie globale des études de cas DiverIMPACTS, le fait de réunir les deux agriculteurs et le transformateur pour discuter de valeurs communes a été considéré comme une première étape cruciale et a abouti à une préoccupation, une confiance et une implication mutuelles. L'expérience est aussi importante que le résultat : les agriculteurs ont eux-mêmes investi beaucoup de temps et d'énergie pour permettre à leurs nouvelles cultures de réussir et ont cherché des possibilités de transformation intermédiaire souhaitable. Des liens ont été établis avec des expériences étrangères et d'autres projets de recherche (nationaux) au sein et en dehors de DiverIMPACTS afin d'optimiser les techniques de culture. Le transformateur a été un acteur essentiel dans cette étude de cas, en assumant un rôle de coordination important. Il a intégré l'étude de cas comme un projet d'innovation au sein de son entreprise, non seulement au niveau du produit, mais aussi au niveau social. Actuellement, il est également le lien entre les autres participants de la chaîne de valeur, notamment certains partenaires de la vente au détail. Cette situation offre des opportunités uniques. Même si l'étude de cas est quelque peu autoproclamée, le rôle de facilitateur d'Inagro et de Bioforum ( responsable et contrôleur de l'étude de cas) est perçu comme important dans ce processus participatif car il peut sauvegarder les objectifs.

Solution étudiée

Dans cette étude de cas, de nombreuses solutions sont étudiées, à la fois techniques et axées sur les processus. En réponse aux défis, les solutions comprennent :

  • Par tâtonnements et avec le soutien de certains travaux de recherche et de conseil, les agriculteurs acquièrent de l'expérience avec le soja, les lentilles et le quinoa en tant que nouvelles cultures. La disponibilité de bonnes semences, le contrôle des mauvaises herbes et la protection des cultures contre les oiseaux ont été considérés comme des problèmes majeurs. Après un bon départ en 2018, 2019 a présenté de nombreux défis
  • Comme d'autres initiatives à petite échelle sont également aux prises avec ce problème, la transformation intermédiaire à petite échelle fait à nouveau l'objet d'une plus grande attention. Un réseau peut être mis en place pour mettre à la disposition des acteurs des machines et de l'expérience.
  • Un petit modèle de calcul rend visible les coûts de production réels des cultures céréalières locales et invite les acteurs à explorer les techniques possibles pour atteindre un coût de production plus compétitif, mais toujours équitable. Il faut que cela soit étayé de manière plus scientifique.

En outre, la relation entre les acteurs peut être considérée comme une solution étudiée. Les relations traditionnelles dans la chaîne de valeur sont souvent basées sur le prix et le produit. En partageant des valeurs et en mettant en évidence des objectifs communs, une autre dimension de la collaboration au sein de la chaîne de valeur a été atteinte.

Résultat attendu

Le transformateur concerné a formulé le résultat attendu comme suit : "La nourriture devient de plus en plus le seul lien réel du consommateur en ville avec la nature. Les consommateurs recherchent donc une alimentation saine, de l'authenticité et des histoires vraies. La chaîne de valeur alimentaire doit également prendre en compte cette dimension sociale. C'est ce que nous voulons offrir".

Pertinence par rapport aux objectifs de DiverIMPACTS

Dans cette étude de cas, un lien direct et mutuel entre une alimentation saine et un sol sain est un facteur clé. Les nouvelles tendances alimentaires (végétariennes) offrent la possibilité de diversifier les rotations dans les systèmes locaux de culture biologique. Pour que cela se concrétise, il faut l'implication et l'engagement de toute la chaîne de valeur locale.

Contactez

  • Lieven Delanote, INAGRO, responsable de l'étude de cas
  • Un Jamart, BioForum, moniteur d'études de cas