Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.

Étude de cas n° 25 : France : Renforcer la diversification des cultures des filières de légumes dans le Roussillon par des actions conjointes de la ferme au marché

Groupe 5: Diversification des systèmes de culture des légumes

La région du Roussillon est axée à la fois sur les chaînes de valeur locales et sur la production de légumes destinés à l'exportation vers l'Europe du Nord et doit donc relever des défis économiques, techniques et logistiques. La diversification a été identifiée comme une solution technique pour consolider la production dans la région, par exemple pour faire face aux problèmes sanitaires dus à la tendance à la monoculture, et comme une opportunité économique.

Quels sont les principaux problèmes qui sous-tendent l'émergence de l'étude de cas ?

La production de légumes frais de marché est une activité agricole et économique historique et emblématique dans la plaine du Roussillon. Des années 60 aux années 90, la production et la commercialisation de légumes visaient principalement des filières longues et étaient spécialisées dans une petite gamme de produits : laitue, artichaut, tomate et concombre. Aujourd'hui, la production de légumes dans la région est confrontée à plusieurs difficultés. La concurrence des produits cultivés dans d'autres zones de production (autres régions françaises, Europe du Sud, Afrique du Nord) est forte et s'est intensifiée depuis que la plate-forme internationale de Saint-Charles pour la commercialisation, le transport et la logistique des fruits et légumes est située sur le territoire de l'étude de cas. Les prix sont très volatiles en fonction des conditions climatiques et/ou du rapport entre l'offre et la demande. En attendant, Perpignan et les villages environnants s'étendent et les surfaces agricoles diminuent. Pour pallier les difficultés économiques rencontrées par certains producteurs, des filières courtes et/ou locales se développent depuis quinze ans et répondent à la demande des consommateurs. Elles concernent généralement une gamme de produits plus large que les longues chaînes d'approvisionnement. La demande locale est toutefois limitée par rapport à la production potentielle et irrégulière en raison de la saisonnalité du tourisme. Aujourd'hui, les chaînes d'approvisionnement courtes et/ou locales et longues coexistent sur le territoire, ce qui est considéré comme une force par les acteurs locaux. Les parties prenantes sont toutefois mécontentes du manque de coordination entre les différentes chaînes d'approvisionnement sur le territoire.

Dans ce contexte, l'étude de cas vise à contribuer au maintien d'une production végétale importante et dynamique dans la plaine du Roussillon grâce à une diversification des cultures ciblant une diversité de filières végétales. Or, la diversification des cultures dans les systèmes de production de légumes est un défi. Comme les produits sont pour la plupart vendus frais avec peu ou pas de stockage, la planification est essentielle pour répondre à la demande alors que les prix sont très volatils. Cependant, deux ou trois cultures se succèdent rapidement sur le même champ en un an, avec de multiples étapes de la "ferme à la table" (semis, repiquage, fertilisation, arrosage, taille et palissage des plantes, lutte contre les parasites, récolte), ce qui rend la planification délicate. En outre, les producteurs sont particulièrement exposés aux risques pour au moins deux raisons. Premièrement, les coûts de production sont élevés en raison d'une part importante des coûts de main-d'œuvre dans les systèmes peu mécanisés. Deuxièmement, les normes de commercialisation sont très strictes et les dommages biotiques ou abiotiques, qui peuvent être atténués grâce à des techniques de gestion des cultures appropriées, peuvent rapidement affecter les produits et générer une grande quantité de déchets s'ils ne sont pas prévenus ou atténués en temps utile par des techniques de gestion des cultures appropriées.

Comment le problème est-il traité et quels sont les acteurs concernés ? Afin de concevoir des solutions concrètes aux problèmes de diversification des cultures dans les exploitations agricoles et par la commercialisation diversifiée, un partenariat a été lancé entre l'unité expérimentale INRAE d'Alénya Roussillon, dédiée aux systèmes de production de légumes protégés, et le département des fruits et légumes de la chambre d'agriculture locale. L'étude de cas 25 rassemble quatre agriculteurs et deux commerçants. Les agriculteurs gèrent des exploitations de taille moyenne dédiées totalement ou partiellement à la production de légumes. Ils sont impliqués dans la diversification des cultures et se convertissent totalement ou partiellement à l'agriculture biologique. Les négociants vendent divers produits conventionnels et/ou biologiques. L'étude de cas vise à mettre en relation les agriculteurs et les acteurs de la chaîne de valeur afin d'améliorer la compréhension mutuelle et la coordination. L'un des principaux défis énoncés par les parties prenantes est d'identifier des modes de pensée et d'action novateurs qui vont au-delà du statu quo.

Solution étudiée Trois types d'actions sont mis en œuvre dans le cadre de l'étude de cas pour favoriser le développement de systèmes de culture de légumes diversifiés : (1) capitaliser, développer et partager les connaissances et l'expérience sur les systèmes de cultures diversifiées, (2) adapter si nécessaire, et tester la ou les méthodes ou outils pour faciliter la planification et la gestion de la diversification des cultures à l'échelle de l'exploitation et de la chaîne de valeur, et (3) stimuler les réflexions, qui visent à concevoir des stratégies de commercialisation plus adaptées à la diversification des cultures.

Résultat escompté Un point d'entrée dans l'étude de cas est de donner aux agriculteurs la possibilité de prendre du recul afin d'évaluer les forces et les faiblesses de leurs systèmes. L'étude de cas doit également permettre de développer des ressources utiles pour la conception, la planification et la gestion de systèmes de culture de légumes diversifiés. L'étude de cas vise également à renforcer les coordinations tant entre les agriculteurs qu'entre les agriculteurs et les acteurs de la chaîne de valeur afin de garantir des débouchés pour les produits de légumes diversifiés.

Pertinence pour les objectifs de DiverIMPACTS

L'étude de cas n° 25 vise à soutenir la diversification des filières végétales dans la plaine du Roussillon. La diversification des cultures est le principal point d'entrée et peut inclure la rotation, les cultures intercalaires et les cultures multiples ainsi que l'insertion d'engrais verts. Dans l'étude de cas 25, pour atteindre le plein potentiel de la diversification, comme proposé par DiverIMPACTS, les chaînes de valeur doivent pouvoir créer de la valeur pour le "panier de légumes diversifié du Roussillon". Les parties prenantes ont souligné la nécessité de cibler les marchés locaux et régionaux ainsi que des marchés plus éloignés (marchés nationaux et éventuellement européens). Ils ont également déclaré qu'un des principaux défis est d'identifier des façons de penser et d'agir au-delà du statu quo, en assurant la cohérence avec l'objectif de DiverIMPACTS de proposer des innovations pour supprimer les obstacles à la diversification des cultures, des agriculteurs aux consommateurs.

Contactez

  • Claire Lesur-Dumoulin, INRAE, responsable de l'étude de cas
  • Amélie Lefèvre, INRAE, responsable de l'étude de cas