Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.

Étude de cas n° 24 : Royaume-Uni : Diversification des cultures dans les systèmes de légumes protégés

Groupe 5: Diversification des systèmes de culture des légumes

Comment pouvons-nous introduire des cultures plus diversifiées, des rotations protégées aux différents circuits de commercialisation ? De nombreuses entreprises horticoles du Royaume-Uni souhaitent diversifier leurs systèmes de cultures protégées (tunnels et serres) et expérimentent de nouvelles cultures ou des variétés patrimoniales. En prenant en compte l'ensemble de la chaîne de valeur, de la disponibilité des semences et des défis techniques de la culture à la commercialisation et à la vente des légumes produits, cette étude de cas examinera de plus près la relation et la communication avec les consommateurs.

Quels sont les principaux problèmes qui sous-tendent l'émergence de l'étude de cas ? La sensibilisation des consommateurs aux multiples avantages découlant de systèmes de culture plus diversifiés (par exemple, la santé environnementale et sociétale) est souvent assez faible, et les achats sont souvent motivés par le prix ou la commodité. Abordant cette question sous trois angles différents, cette étude de cas suivra la stratégie d'innovation ci-dessous :

Comment le problème est-il abordé et quels sont les acteurs impliqués ?

  1. L'étude de cas travaillera d'une part avec les consommateurs et les clients des entreprises concernées, en faisant appel à des personnes issues des principaux canaux de commercialisation utilisés : par exemple, un système de boîtes, un magasin à la ferme, un marché de producteurs, etc. Les clients des différents canaux seront invités à une manifestation par an, au cours de laquelle seront présentés les nouvelles cultures et les nouveaux produits issus du système de diversification dans les tunnels multiples. Ces événements de type atelier seront : 1) amélioreront les connaissances des consommateurs sur les nouvelles cultures (par exemple en partageant des recettes de cuisine, des démonstrations culinaires, des tests de goût et des comparaisons de variétés), 2) exploreront leur volonté de payer pour de nouveaux produits, et 3) renforceront la relation des consommateurs avec le producteur et l'exploitation agricole où leur nourriture est produite, dans le but ultime d'améliorer leur compréhension de la diversification des cultures et de la fourniture de biens publics connexes et d'avantages généraux pour la santé.
  2. D'autre part, cette étude de cas travaillera avec un groupe de producteurs britanniques pour établir un réseau d'échange de connaissances autour de ce thème. Le groupe se réunira régulièrement pendant toute la durée du projet pour partager ses connaissances et comparer ses expériences avec celles des autres : 1) la commercialisation de nouvelles variétés (y compris les variétés patrimoniales), 2) l'introduction de nouvelles cultures sur le marché ou auprès de leurs clients, 3) l'augmentation de l'engagement et de la communication avec les consommateurs, 4) les obstacles techniques à la culture de nouvelles cultures ou d'une plus grande diversité de cultures, 5) la disponibilité des semences, 6) l'identification d'engrais verts ou d'approches de cultures intercalaires adaptées, etc. Pendant les 4 années du projet, les membres du réseau s'engagent à accroître leur attention et leurs efforts dans les domaines énumérés ci-dessus et collecteront des informations ou enregistreront leurs expériences dans leurs propres entreprises pour les partager avec le groupe.
  3. Enfin, l'étude de cas permettra de suivre les paramètres agronomiques dans les systèmes de cultures protégées diversifiées. Cela comprendra la collecte et l'analyse d'un plus grand nombre de données agronomiques et d'indicateurs de durabilité. Voici quelques exemples d'informations qui pourraient être recueillies : 1) diversité des cultures - nombre d'espèces et de variétés cultivées dans les tunnels multiples par saison, 2) indicateurs de santé des sols (matière organique du sol, phosphore, potassium, magnésium, évaluation visuelle des sols, taux d'infiltration, compactage, nombre de vers de terre, mycorhizes, etc.), 3) productivité - suivi du rendement et de la qualité des produits, 4) ventes, prix et réactions des consommateurs.

Les principaux défis identifiés sont : a) les obstacles au marché pour certains produits de divers systèmes de culture restreignent l'innovation à la ferme ; et b) la sensibilisation et l'intérêt des consommateurs: faire passer le message", c'est-à-dire expliquer pourquoi les produits issus de systèmes de culture plus diversifiés sont plus sains pour eux, ainsi que pour leur environnement et leur écosystème.

Solution étudiée L'étude de cas vise, en collaboration avec le réseau de producteurs, à 1) élaborer des recommandations pratiques et des sources d'inspiration pour d'autres entreprises et producteurs afin d'accroître la diversification des cultures dans les systèmes de culture de légumes protégés ; et 2) fournir des informations sur le processus d'apprentissage commun du groupe en commercialisant de nouveaux légumes et en établissant des relations plus étroites avec les consommateurs.

Résultat attendu Les résultats attendus de l'étude de cas sont 1) l'apprentissage entre agriculteurs sur ce sujet, 2) l'élaboration conjointe de recommandations pratiques et d'inspiration avec un réseau de producteurs britanniques afin d'accroître l'adoption de la diversification des cultures dans les systèmes de culture de légumes protégés ; et 3) fournir des indications sur le processus d'apprentissage conjoint du groupe en termes de commercialisation de nouveaux légumes et de création de relations plus étroites avec les consommateurs.

Pertinence par rapport aux objectifs de DiverIMPACTS Cette étude de cas fournit un excellent exemple de chaînes de valeur courtes et innovantes, en vendant des produits sur les marchés agricoles locaux et dans le cadre d'un programme de "veg-box", comprenant ses propres produits transformés tels que diverses sauces, cornichons, etc. Les entreprises organisent aussi régulièrement des événements et des foires pour leurs communautés locales, en assurant la restauration avec leurs propres produits et aliments et en créant et en entretenant un petit réseau d'acteurs. Cela permet d'étudier des modèles ou des stratégies de marketing qui soutiennent avec succès des entreprises aussi diverses dans le secteur alimentaire.

Contactez

  • Anja Vieweger, ORC, responsable de l'étude de cas
  • Abel Villa, ORC, moniteur d'études de cas