Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.

Étude de cas n° 8 : Roumanie : Diversification des rotations à base de céréales dans des conditions défavorables

Groupe 2: Diversification des cultures dans des conditions défavorables

La Roumanie ne produit pas des rendements qui correspondent à ses sols plutôt bons. L'étude de cas vise à déterminer si des rotations plus longues, notamment avec les légumineuses, peuvent contribuer à améliorer les rendements à un coût économique et environnemental raisonnable.

Quels sont les principaux problèmes qui sous-tendent l'émergence de l'étude de cas ?

Malgré les sols relativement bons et profonds de la Roumanie, à forte teneur en matière organique, les rendements ne sont pas stables. Si le changement climatique et l'utilisation de produits chimiques peuvent diminuer les rendements potentiels, les courtes rotations de cultures jouent probablement aussi un rôle. La rotation des cultures en Roumanie comprend généralement du blé d'hiver, du maïs, du colza et du tournesol est souvent courte (souvent des rotations de 3 à 4 ans). Il existe également d'autres points qui pourraient constituer des goulots d'étranglement pour l'augmentation de la rotation :

  • Ces quatre cultures sont considérées comme les plus rentables en Roumanie et les agriculteurs ne veulent donc pas en ajouter d'autres.
  • Les agriculteurs roumains ont une longue tradition de plantation de ces quelques cultures, ce qui signifie qu'ils disposent de connaissances approfondies, ce qui rend ces cultures moins risquées que d'autres.
  • Absence de marché local pour des produits plus diversifiés
  • La demande du marché extérieur concerne principalement ces quatre cultures et le marché en aval est assez bien organisé pour elles.

La nécessité de rotations plus longues avec une plus grande diversité de cultures semble évidente, en particulier pour les légumineuses. Serait-il possible de développer des marchés de niche pour améliorer la rentabilité ?

Comment le problème est-il abordé et quels sont les acteurs impliqués ?

AIDER travaille avec son réseau d'agriculteurs et ses essais de suivi pour déterminer comment améliorer la diversification des cultures d'une manière économiquement et écologiquement durable. Outre le réseau d'agriculteurs, l'étude de cas impliquera également les acteurs du marché (consommateurs et commerçants !).

Bien que la majorité des acteurs soient des agriculteurs, l'étude de cas est également soutenue par des entreprises de semences (savoir-faire et parcelles d'essai), des équipes de R&D et quelques sociétés de conseil.

Solution étudiée

L'étude de cas évaluera les avantages agronomiques (et leur impact économique) d'une rotation des cultures plus diversifiée. Elle évaluera les résultats des essais réalisés sur les microparcelles et les comparera aux données de terrain afin d'améliorer les connaissances sur la production de légumineuses.

Dans les microparcelles d'essai d'AIDER, nous surveillons la manière dont les pois, les pois chiches et les haricots réagissent aux conditions environnementales de la Roumanie.

Nous travaillons également en étroite collaboration avec les agriculteurs qui testent les pois, les pois chiches, les lentilles, les haricots, le soja, les fèves et la luzerne à plus grande échelle. Ces collaborations fourniront des données, qui viendront étayer les connaissances et favoriseront l'échange d'expériences. AIDER travaille également avec les partenaires du work package 5 pour analyser le marché et identifier les acteurs qui devraient devenir des acteurs à valeur ajoutée du marché des légumineuses.

Résultats attendus

Deux résultats principaux sont attendus de l'étude de cas :

  • Des pratiques de diversification qui favorisent l'amélioration de l'état biologique des sols dans les légumineuses.
  • Une organisation en amont et en aval qui favorisera des conditions rentables pour la production de légumineuses, dans l'ensemble de la rotation (qui est le principal obstacle pour les agriculteurs).

Pertinence pour les objectifs de DiverIMPACTS Afin de parvenir à une diversification des cultures à grande échelle, il est nécessaire de montrer non seulement les avantages environnementaux, mais aussi les avantages économiques. Cette étude de cas abordera ce défi afin de réaliser le plein potentiel de ces systèmes de production.

Contactez

  • Anca Moiceanu, AIDER, responsable de l'étude de cas