Ce site web ne supporte plus Internet Explorer 11. Veuillez utiliser un navigateur plus récent tel que Firefox, Chrome pour un meilleur affichage et une meilleure utilisation.

Étude de cas n° 22 : Italie : Des systèmes céréaliers-légumes pour la qualité des aliments

Groupe 5: Diversification des systèmes de culture des légumes

Afin de répondre aux préoccupations liées à la diversification et à la consolidation des revenus, l'idée de l'étude de cas est venue de chercheurs qui étaient en contact permanent avec des exploitations agricoles dans les régions des Marches et des Abruzzes. La culture en bandes a été identifiée conjointement comme une évolution des pratiques habituelles effectuées dans les régions et comme un système précieux pour augmenter la couverture du sol tout au long de l'année afin d'élargir la gamme des cultures, dans le but de diversifier les canaux de vente pour accroître l'indépendance des agriculteurs vis-à-vis de l'effet du marché.

Quels sont les principaux problèmes qui sous-tendent l'émergence de l'étude de cas ? L'idée de l'étude de cas vient de chercheurs, qui sont en contact constant mais irrégulier avec des exploitations agricoles sur le territoire de la région des Marches et des Abruzzes afin de répondre aux préoccupations liées à la diversification et à la consolidation des revenus. Les cultures mineures et leurs chaînes de valeur locales/courtes sont considérées comme une bonne opportunité, notamment pour maintenir la valeur ajoutée au niveau de l'exploitation. La diversification des cultures est considérée comme un élément essentiel pour atteindre cet objectif. L'idée a ensuite été partagée avec la RSA et les agriculteurs, qui sont, dans certains cas, proactifs dans l'établissement de contacts pour s'impliquer dans les activités de recherche.

Comment le problème est-il abordé et quels sont les acteurs impliqués ? Les chercheurs du Consiglio per la Ricerca e l'Analisi dell'Economia Agraria CREA ont lancé l'idée et en ont discuté avec ASR, qui a accordé un intérêt à la prise en compte des dynamiques prometteuses sur les chaînes de valeur locales. Un certain nombre d'exploitations agricoles, qui pratiquent déjà des cultures, sont incluses dans la conception de l'étude de cas et exploreront les innovations qui y sont intégrées, telles que la culture en bandes, actuellement négligée. Cela répond aux demandes des agriculteurs concernant les innovations intelligentes.

Divers problèmes techniques tels que l'achat de semences, la mécanisation (en particulier dans les parcelles vallonnées), la mécanisation en bandes et la résistance des cultures à l'innovation sont également abordés. L'interaction directe avec les agriculteurs, en particulier lors des journées portes ouvertes et les contacts avec diverses réalités locales avec lesquelles les chercheurs ont des contacts permanents, ont permis de se familiariser avec le système de culture innovant proposé par l'étude de cas.

Il s'agit principalement de petites et moyennes exploitations agricoles (biologiques et non biologiques), de meuniers, de boulangers pour les essais en boulangerie, de pâtissiers (utilisant la farine de pois chiches) et éventuellement de petites entreprises de semences pour les cultures mineures accompagnées scientifiquement par CREA-ORA.

Solutions étudiées L'introduction de la culture intercalaire et de la culture en bandes est considérée comme une évolution des pratiques habituelles dans la région, notamment par les agriculteurs biologiques qui représentent la majeure partie des co-innovateurs impliqués dans l'étude de cas. Ces systèmes de culture innovants devraient permettre d'augmenter la couverture des sols tout au long de l'année et d'élargir la gamme de cultures, en diversifiant les canaux et les options de commercialisation. Cela permet enfin de conserver la valeur ajoutée au niveau de l'exploitation.

    Premier agriculteur (Fratterosa, région des Marches)

    • Nombre de bandes : 4 (2 de faba et 2 de blé)
    • Longueur de la bande : 85 m
    • Largeur de la bande : 7,5 m

    Deuxième agriculteur (Castelplanio, région des Marches)

    • Nombre de bandes : 4 (2 de colza/pois chiches et 2 de blé)
    • Longueur de la bande : 280 m
    • Largeur de la bande : 6 m

    Troisième agriculteur (Roseto degli Abruzzi, région des Abruzzes)

    • Nombre de bandes : 14 (8 de blé dur et 7 de pois chiches)
    • Longueur de la bande : 110 m
    • Largeur de la bande : 5 m

    Les trois agriculteurs participant à l'étude de cas testent la culture en bandes pour connaître directement les avantages agronomiques de cette pratique et l'utiliser pour valoriser les cultures locales pratiquées avec des techniques respectueuses de l'environnement. Divers acteurs et parties prenantes ont été identifiés et certains d'entre eux ont déjà été contactés par l'équipe chargée de l'étude de cas. Les organisations touristiques, le secteur alimentaire, les groupes d'achat éthique et d'autres acteurs des chaînes de valeur locales seront activement impliqués dans les mois à venir. La coopération avec le Consiglio per la Ricerca e l'Analisi dell'Economia Agraria (CREA), a été établie dès le début et se développe encore par le biais de réunions.

    Résultat escompté Le point d'entrée est clairement le revenu agricole, mais la cohérence de l'approche est également essentielle avec les exploitations biologiques intéressées par le développement de solutions agroécologiques et non par la simple substitution d'intrants. L'évolution doit prendre en considération les nouvelles possibilités de revenus générées par les cultures et les canaux de commercialisation améliorés et alternatifs. Cela permet de diversifier et de consolider les revenus, ce qui conduit à une participation plus active des petites exploitations agricoles aux initiatives de co-innovation.

    L'étude recueillera différents types de données qui contribueront à la réalisation des objectifs de DiverIMPACTS et montreront les avantages techniques, économiques et environnementaux des pratiques durables pour les agriculteurs concernés, les communautés locales et les autres acteurs agricoles clés. Des journées de terrain seront également organisées pour diffuser des informations sur les activités pilotes et pour créer et améliorer la coopération avec les acteurs de la chaîne de valeur courte. D'autres activités, telles que des visites d'étude et la création de matériel promotionnel, sont actuellement en cours de discussion avec tous les acteurs impliqués, comme d'autres agriculteurs.

    Pertinence par rapport aux objectifs de DiverIMPACTS L' étude de cas permettra de constater la contribution de la diversification des cultures à l'amélioration de la biodiversité et à la compétitivité économique des agriculteurs (tant biologiques que conventionnels). Elle permettra de montrer les avantages techniques, économiques et environnementaux des pratiques agricoles visées par le projet tout en facilitant leur adoption en tant que stratégies capables d'avoir des effets positifs sur les communautés locales (amélioration de la chaîne de production courte, valorisation et récupération des variétés locales pour la préparation d'aliments et de produits locaux).

    Contactez

    • Paolo Mucci, ASR, responsable de l'étude de cas
    • Laura Ridolfi, ASR, responsable de l'étude de cas